Devblog développement web, WordPress & WooCommerce

Comment améliorer la vitesse et les performances de WordPress : Conseils pour résoudre les problèmes courants

C

WordPress est une excellente plateforme qui peut être utilisée pour créer un site Web ou un blog. En raison de sa facilité d’utilisation, il est devenu le système de gestion de contenu (CMS) le plus populaire au monde. Cependant, certains facteurs peuvent contribuer à une vitesse et des performances médiocres de WordPress

Il est très important d’optimiser WordPress pour obtenir la meilleure vitesse et les meilleures performances. La première raison est que WordPress a été initialement conçu pour les blogueurs, et non pour les utilisateurs professionnels qui ont besoin de plus de contrôle sur les performances et les paramètres de sécurité de leur site. Pour cette raison, WordPress n’a pas de cache intégré, ce qui signifie qu’il doit générer chaque page à partir de zéro chaque fois que quelqu’un visite votre site – ce qui peut rendre votre site lent s’il n’est pas correctement optimisé.

Pourquoi un site WordPress peut-il être lent ?

Voici quelques raisons pour lesquelles votre site WordPress peut être lent :

  • Les images ne sont pas optimisées
  • Des plugins obsolètes et/ou trop nombreux
  • Thème obsolète
  • Le site crée trop de requêtes
  • Version PHP obsolète
  • Pas de mise en œuvre de méthodes de mise en cache et de compression
  • Base de données non optimisée

Il est toujours recommandé d’utiliser la dernière version des fichiers de base de WordPress pour garantir une compatibilité maximale.

Chaque site Web est construit différemment et constitue un cas à part. Les mêmes techniques d’optimisation peuvent ne pas fonctionner de la même manière sur deux sites Web donnés, mais nous allons énumérer certaines optimisations que nous considérons comme de bonnes pratiques sur la plupart des sites Web.

Choses à faire avant de commencer à optimiser votre site Web

Vous devez tester votre site Web à l’aide d’outils en ligne tels que GT Metrix, Pingdom Tools, Page Speed Insights et les outils Lighthouse, qui se trouvent dans l’outil d’inspection de Chrome. L’outil Lighthouse peut vous donner un meilleur aperçu de la vitesse et des performances des pages, ainsi que des recommandations d’optimisation mobile.

Il existe quelques paramètres importants qui sont communs à la plupart des outils de mesure des performances. Elles sont essentielles pour l’expérience utilisateur globale et la vitesse de votre site Web. Ces mesures sont

  1. LCP
  2. CLS
  3. FCP
  4. TBT
  5. TTFB

Le tableau de contenu le plus grand est une mesure qui permet d’évaluer la rapidité avec laquelle l’élément de contenu supérieur le plus grand est rendu sur votre page. Vous devez identifier le bloc de texte ou l’image la plus grande (généralement les images de héros) et optimiser leur temps de chargement.

Cumulative Layout Shift est axé sur la mesure de la stabilité visuelle de votre site Web et vous aide à prévenir les changements de mise en page inattendus, qui affectent la façon dont les utilisateurs interagissent avec la page Web. Il est essentiel de réduire le CLS, car le déplacement des pages peut entraîner une expérience négative pour l’utilisateur.

First Contentful Paint est un horodatage du moment où le navigateur charge le premier élément de contenu de votre site web. Il peut s’agir d’un texte ou d’une image, d’une toile non blanche ou d’un SVG. C’est le moment où vos utilisateurs peuvent voir les premiers signes de contenu sur votre site Web.

Le temps de blocage total est le temps qui s’écoule lorsque des tâches de plus de 50 ms bloquent le fil d’exécution principal et affectent la convivialité d’une page. Pendant ce temps, la page Web ne répond généralement pas avant de devenir interactive.

Le temps jusqu’au premier octet est le temps qui s’écoule entre l’envoi d’une requête au serveur et la réception de la réponse, plus précisément la réception du premier octet d’information.

Pour des informations plus détaillées sur le fonctionnement de Google Page Speed Insights, vous pouvez consulter ce lien vers leur documentation officielle.

Les recommandations de ces rapports peuvent vous guider dans la bonne direction vers le niveau idéal d’optimisation de votre site Web. Obtenir un score de 100 sur ces rapports n’est pas toujours possible (votre environnement d’hébergement peut, par exemple, avoir un impact), cependant, l’objectif est d’obtenir ce chiffre aussi élevé que possible par rapport au contenu de votre site.

Assurez-vous de toujours créer une sauvegarde de votre site web et de votre base de données avant de procéder à toute optimisation !

1. Optimisation des images

Les images non optimisées sont la cause la plus commune de la vitesse et des performances médiocres de WordPress. Les images de grande taille et non optimisées peuvent entraîner des pages de grande taille et augmenter considérablement le temps de chargement des pages. L’utilisation d’images complètes de plus de 5000px et de plusieurs Mo peut nuire à la vitesse de votre site.

Lorsque vous remarquez l’avertissement « Optimiser les images » dans l’un des outils de mesure des performances, vous devez d’abord vérifier la charge en images de votre site Web.

Vous pouvez utiliser les outils Pingdom pour générer un rapport qui vous montrera la part de vos images dans la taille totale de la page, ainsi que la taille totale des images sur cette page.

La meilleure pratique consiste à toujours télécharger des images optimisées pour le web. Nous vous suggérons d’utiliser l’un des plugins d’optimisation d’image disponibles sur le dépôt WordPress, comme Robin Image Optimizer ou WebP Express. Bien que de nombreux plugins de mise en cache disposent d’options d’optimisation des images, nous recommandons d’utiliser un plugin distinct pour l’optimisation des images.

Ces plugins ont des fonctions d’optimisation en masse qui analysent votre dossier de téléchargement et optimisent automatiquement les images pour améliorer les performances.

PageSpeed insights et Google’s Lighthouse peuvent afficher l’avertissement « Serve images in next-gen formats » qui fait généralement référence au format WebP.

Le plugin WebP Expres pour cette tâche puisqu’il génère des copies de toutes les images de votre hébergement au format WebP, et les sert aux utilisateurs. Cela devrait améliorer le score « Servir les images dans des formats de nouvelle génération » pour les appareils mobiles.

Une autre fonctionnalité importante qui peut améliorer le chargement des images est l’option de chargement paresseux qui est généralement disponible dans les plugins d’optimisation des images.

Si ce n’est pas le cas, il existe quelques plugins qui fournissent cette fonctionnalité, et le plugin Lazy Load de WP Rocket est rapide, simple et fait parfaitement le travail.

Cependant, dans certains cas, les images qui sont chargées au-dessus du pli (logo, héros, ou images vedettes) ne devraient pas être chargées paresseusement parce que le chargement paresseux affectera le FCP (First Content Paint). Ces images doivent être exclues du chargement paresseux et doivent se charger aussi rapidement que possible.

2. Maintenance des plugins WordPress

Un grand nombre de plugins peut causer ou contribuer à une mauvaise vitesse ou performance de WordPress. Il est préférable de n’utiliser que les plugins nécessaires à votre site Web.

Les plugins doivent être régulièrement mis à jour pour éviter les problèmes de compatibilité et renforcer la sécurité.

Les plugins obsolètes peuvent parfois casser votre site Web ou fournir une porte dérobée pour du contenu malveillant. Par conséquent, assurez-vous toujours que les plugins de votre site sont régulièrement entretenus et mis à jour par leurs développeurs.

3. Maintenance du thème

Votre thème actif gère l’apparence de votre site Web, mais il peut aussi causer des problèmes de performance s’il n’est pas mis à jour et optimisé. En général, les thèmes obsolètes causent des problèmes, car ils utilisent un code déprécié et créent un plus grand nombre de requêtes. La mise à jour de votre thème vers la dernière version garantit la compatibilité de votre site Web avec les dernières technologies.

Lorsque le thème ne reçoit plus de mises à jour régulières et n’est plus activement maintenu par ses développeurs, la meilleure solution consiste à reconstruire votre site à l’aide d’un thème régulièrement mis à jour.

En outre, la meilleure pratique consiste à supprimer les thèmes inutilisés et à conserver un thème WordPress par défaut pour un dépannage éventuel. Vous devriez également vérifier le nombre de scripts (requêtes) que le thème utilise. Si le thème est gonflé, il serait sage d’envisager un thème plus axé sur les performances.

4. Réduire le nombre de requêtes

Lorsque le site Web se charge, il envoie de multiples requêtes pour divers fichiers JavaScript et CSS. Ces requêtes peuvent bloquer le rendu et augmenter le temps de chargement de votre site Web.

La réduction est le processus qui consiste à minimiser le code et les balises dans vos pages Web et vos fichiers de script. C’est l’une des principales méthodes utilisées pour réduire les temps de chargement et l’utilisation de la capacité des sites Web.

La minification permet d’améliorer la vitesse et l’accessibilité du site, ce qui se traduit directement par une meilleure expérience utilisateur.

Le plugin Autoptimize propose la minification des fichiers JavaScript et CSS et le chargement différé. Il réduit le nombre de requêtes envoyées par le site Web lors du chargement initial. Lorsque vous activez le plugin, vous devez accéder aux options JS, CSS et HTML et à leurs sous-options.

L’activation des sous-options doit être effectuée avec prudence, car certaines peuvent endommager le site Web (modifier son apparence et ses fonctionnalités). Dans certains cas, vous devrez utiliser l’option « Exclure les scripts de l’optimisation automatique », qui vous permet d’exclure un script de l’optimisation.

Dans l’onglet « Extra », vous pouvez déterminer comment les polices Google sont affichées (pour qu’elles soient considérées comme des ressources non bloquantes), et empêcher le chargement de certains fichiers JavaScript du noyau de WordPress qui ne sont généralement pas utilisés.

Un autre plugin très utile pour cette tâche est WP Rocket. Cependant, il s’agit d’un plugin payant, et c’est une solution autonome pour la mise en cache du site Web et l’optimisation des ressources statiques.

Si vous rencontrez certains fichiers JavaScript et CSS qui sont chargés sur des pages qui n’en ont pas besoin, vous pouvez utiliser le plugin Asset Cleanup ou PerfMatters pour déterminer où les plugins et les scripts se chargent, et les désactiver si nécessaire.

5. Version de PHP obsolète

L’exécution de votre site Web sur la dernière version de PHP permet à votre site Web de réagir rapidement et de réduire le temps de chargement des pages. Les dernières versions de PHP sont 8.0 et 8.1. Vous devez donc vous assurer que votre site Web est compatible avec ces versions.

Les dernières versions du noyau de WordPress sont entièrement compatibles avec PHP 8.0 et 8.1, vos plugins et votre thème devraient donc suivre.

Si, pour une raison quelconque, vos plugins/thèmes ne sont pas compatibles avec PHP 8, vous devez les mettre à jour avec les dernières versions disponibles. Si les mises à jour ne sont pas disponibles, vous devez informer les développeurs de l’incompatibilité ou passer à un autre plugin ou un thème qui est entièrement compatible avec PHP 8+.

Si des problèmes surviennent lors de la mise à jour de la version de PHP, il s’agit très probablement d’un conflit avec un plugin ou un thème.

6. Mise en cache et compression

La mise en cache est le processus de stockage et de rappel des données fréquemment utilisées pour accélérer les sites Web. Étant donné que WordPress génère chaque page à partir de zéro à chaque fois que quelqu’un visite votre site, la mise en cache aide à servir les ressources statiques.

La plupart des plateformes WordPress gérées ont la mise en cache activée par défaut, cependant, sur cPanel ou des plateformes d’hébergement similaires, il est recommandé d’installer un plugin de mise en cache. Vous pouvez utiliser WP Rocket, WP Super Cache ou W3 Total Cache à cette fin.

7. Optimisation de la base de données

Nous négligeons souvent l’optimisation de la base de données en tant que facteur de vitesse du site Web, mais il arrive que la base de données soit gonflée par les révisions d’articles, les données transitoires et les commentaires de spam.

Les tables qui sont le plus souvent gonflées sont wp_options, wp_posts et wp_postmeta. Les données transitoires gonflent généralement la table wp_options, et les révisions de messages augmentent généralement la taille de la table wp_postmeta.

Vous pouvez empêcher les révisions de messages de s’accumuler en ajoutant une ligne de code au fichier wp-config.php qui limite le nombre de révisions de messages par message :

define( 'WP_POST_REVISIONS', 10 ) ;

Vous pouvez également utiliser le plugin WP-Optimize pour vérifier l’état de votre base de données. Si vous remarquez que la taille de votre base de données est trop importante, vous devez vérifier le rapport WP-optimize et effectuer les optimisations recommandées.

WP Sweep examine plus en détail les problèmes de base de données. Au lieu d’exécuter des requêtes MySQL de suppression directe, ce plugin utilise autant que possible les bonnes fonctions de suppression de WordPress.

8. CDN

Une autre façon d’améliorer les performances du site Web est d’utiliser un réseau de diffusion de contenu. L’utilisation d’un CDN peut améliorer les temps de chargement pour tous les visiteurs du site Web, où qu’ils se trouvent.

Chaque fois qu’un utilisateur visite le site Web, il reçoit le contenu du serveur le plus proche de lui.

Devblog développement web, WordPress & WooCommerce

Articles récents

Catégories